nitrox.fr - site francophone d'information sur la plongée au nitrox
 
 
 
bt1
 
bt2
 
bt3
 
bt4
 
bt5
 
bt6
 
bt7
 
bt8

Le nitrox, pourquoi ?

Pratiquées depuis de nombreuses années dans les domaines civil et militaire, les plongées au Nitrox ont commencé à être proposées au grand public au début des années 1990.

Le terme « NITROX » vient de la contraction des mots NITRogen (azote en anglais) et OXygen.

Une plongée au Nitrox est réalisée avec un air enrichi en oxygène (O2) et donc appauvri en azote (N2), noté également EAN pour Enriched Air Nitrox.

L’intérêt de telles plongées est de réduire la charge en azote, afin de :
• accroître la sécurité des plongées en réduisant les risques d’accidents de désaturation ;
• diminuer la fatigue de fin de plongée, due en grande partie à l’élimination de l’azote en excès.
Le Nitrox peut être utilisé soit durant toute la plongée, soit uniquement durant la phase de désaturation après une plongée à l'air ou au trimix (azote, hélium, oxyène).
Un mélange Nitrox se caractérise par deux nombres (exemple 32/68). Le premier indique le pourcentage d’oxygène, le second celui d’azote.

L'augmentation du taux d'oxygène conduit à prendre deux précautions essentielles :
• limiter la profondeur maximum de la plongée afin de prévenir les risques d'hyperoxie (neurotoxicité de l'oxygène) ;
• utiliser un matériel spécifique afin de prévenir les risques d'échauffement des graisses et impuretés au contact de l'oxygène (surtout si le pourcentage d'oxygène dépasse 40%).

Photo1  
Type de gaz
% Oxygène (O2)
% Azote (N2)
Profondeur max.
  Nitrox 32/68
32%
68%
40 m
  Nitrox 36/64
36%
64%
34 m
  Nitrox 40/60
40%
60%
30 m
  Exemple de mélanges Nitrox utilisés couramment.

Texte (c) Plongée Plaisir - Alain Foret / Crédits photographiques Suunto, Beuchat et Scubapro-Uwatec France